Introduction
I. Des causes essentiellement humaines - II. De lourdes conséquences - III. Les moyens envisagés pour lutter contre la pollution
Conclusion - Bibliographie - Annexes


A) Les rejets industriels
  1. Les rejets des usines
  2. Les rejets des transports automobiles et aériens
  3. Les rejets des bateaux

B) L'agriculture, l'élevage, les déchets ménagers

C) Le non respect de l'environnement

L'industrialisation a aussi favorisé la mondialisation des échanges commerciaux entre les pays exportateurs et importateurs de matières premières comme le pétrole ou d'autres produits dangereux.

De ce fait les mers sont devenues de véritables autoroutes maritimes, sillonnées par de nombreux pondéreux et cargos chaque jour pas forcément en bon état. Le pétrole, carburant essentiel des bateaux, constitue une cause fondamentale et préoccupante de la pollution des océans à l'échelle globale. Chaque année on estime à six millions de tonnes la quantité d'hydrocarbures introduite dans les océans par l'activité humaine.


Marée noire au Japon
Source : encyclopédie Encarta

L'une des formes les plus graves de la pollution de l'eau consiste surtout en des déversements de pétrole brut dans l'environnement marin. Le trafic maritime intense des pétroliers donne donc lieu à des catastrophes pétrolières importantes : les marées noires. Les cas les plus connus sont les naufrages de grands pétroliers, comme le Torrey Canyon en 1967 (au large des côtes anglaises de Cornouailles), l'Amoco Cadiz en 1978 qui est le naufrage qui a causé le plus de dégâts sur les côtes françaises avec 220 000 tonnes de pétrole déversées dans la mer. Cependant le record en matière de marées noires est dû à la collision de deux pétroliers au large de Trinidad en 1979, l'Aegean Captain et l'Atlantic Empress, dans la mer des Antilles. Plus récemment ce sont les naufrages de l'Erika en 1999, du Prestige en 2001, qui ont causé d'importantes marées noires.

A chaque catastrophe pétrolière de ce type, le pétrole déversé remonte à plusieurs milles de l'endroit de l'accident du fait des courants marins. D'ailleurs, encore aujourd'hui, le pétrole contenu dans les cuves du Prestige se déverse, dans l'eau. Les accidents maritimes de la sorte sont nombreux et à chaque fois l'écosystème en est perturbé. Ce planisphère oblique des marées noires et catastrophes technologiques nous informe que les côtes européennes (surtout de la Manche et de l'Atlantique) restent les plus touchées par ces catastrophes notamment pour la raison que cette route maritime est la plus fréquentée.

Source : atlas mondial du développement durable

Le naufrage de ces pondéreux occasionne également une pollution métallique car le métal constituant la coque des bateaux se décompose petit à petit dans l'eau. Les pétroliers ne sont cependant pas les seuls à faire naufrage et polluer les eaux.

Les cargos transporteurs de matières dangereuses comme l'Ievoli-Sun (naufragé en 2000), les paquebots, les sous-marins ou même les bateaux de combats utilisés pendant les guerres (destroyers, bombardiers, cuirassiers…) faits d'amiante qui ont été torpillés et coulés, sont également des sources de pollution car ils mettent plusieurs dizaines d'années avant de se décomposer entièrement.

Les rejets industriels sont donc la première cause de pollution de la biosphère et les polluants sont de plus en plus présents autour de nous. Et avec l'industrialisation sans précédent des pays asiatiques comme la Chine , l'Inde, la Malaisie , la pollution risque d'augmenter tout comme l'exploitation du pétrole qui va s'intensifier. Le problème est que ces ressources ne sont pas inépuisables.

©2006 Rémy BAILLY : Spécialiste NTIC